Bien choisir votre four ou votre hotte de cuisine

Près de 20% de notre consommation d’électricité spécifique est liée aux appareils que nous utilisons pour cuisiner.

Cette consommation pèse sur notre facture électrique mais aussi, au niveau collectif, sur les émissions de CO2.

 

 

Si vous achetez un nouvel appareil, le bon réflexe à avoir c'est de comparer les étiquettes énergie !

 

L'étiquette énergie pour les hottes de cuisine

Jusqu'en 2015, les hottes n'étaient pas concernées par la réglementation européenne. L'étiquette énergie qu'elles doivent désormais afficher permet de comparer les appareils entre eux.

L'information principale de toute étiquette énergie concerne la consommation énergétique :

  • Une estimation de la consommation électrique annuelle, calculée pour tous les modèles selon les mêmes hypothèses d'utilisation, est donnée en kWh/an.
  • La classe d'efficacité énergétique vous aide à repérer facilement les appareils les plus performants. Pour les hottes, l'échelle va de G (peu économe) à A (économe). 

Sous les données de consommation, l'étiquette affiche 3 autres classes d'efficacité, là aussi sur une échelle de G à A : efficacité à l'aspiration (évacuation) des flux de vapeur, efficacité de l'éclairage et efficacité de filtration des graisses dans le filtre à graisse de la hotte.

Enfin, très important pour cette catégorie d'appareil, l'étiquette affiche également le niveau sonore en décibel (dB). Actuellement, les hottes les plus silencieuses ont un niveau sonore de 35 à 50 décibels mais beaucoup de hottes sont encore au-dessus de 60. Attention, 3 décibels en plus signifient un quasi doublement de la sensation de bruit !

 

Comment choisir son four ?

Pour les fours, deux étiquettes énergie coexistent : une pour les fours et cuisinières à gaz, l’autre pour les fours et cuisinières électriques. Les deux étiquettes sont facilement identifiables grâce à la petite icône en haut à gauche.

Pour bien choisir votre four parmi les modèles disponibles, vous pourrez faire un premier tri sur la classe d’efficacité énergétique, au sein de la catégorie - gaz ou électrique, qui vous intéresse.Celle-ci se lit sur une échelle allant de D pour la moins bonne à A+++ pour la meilleure.

Pour identifier le meilleur appareil, il faut regarder la consommation énergétique par cycle qui est affichée en bas à droite de l’étiquette. Plus celle-ci est basse, plus vous économiserez sur votre facture. Dans le cas d’un appareil électrique, cette consommation sera indiquée en kWh/cycle pour les deux modes de cuisson : conventionnelle et chaleur tournante. Dans le cas d’un appareil à gaz, la consommation sera également exprimée en MJ (mégajoules)/cycle, toujours pour ces deux modes.

Si vous voulez comparer la consommation d’un appareil alimenté au gaz et celle d'un appareil électrique, vous pouvez vous référer aux  kWh/cycle qui figurent sur les deux étiquettes.

La différence de consommation entre deux modèles peut vous paraitre faible mais, attention, il s’agit d'une consommation par cycle. Pour évaluer le potentiel d'économies, il faut multiplier par le nombre de cycle tout au long des 10 ou 15 ans de durée de vie de votre four. Une différence de seulement 2 kWh peut vous coûter au final plusieurs centaines d’euros !

Certains fours ne sont pas concernés par l’étiquetage énergétique, notamment les fours portables de moins de 18 kg, les fours chauffés principalement à la vapeur ou à accumulation de chaleur et ceux qui disposent d’une fonction micro-ondes.

En complément de cet affichage qui permet au consommateur de bien comparer les produits entre eux, la réglementation européenne introduit un seuil minimum de performance énergétique pour l’ensemble des nouveaux modèles. Ainsi, les appareils les plus médiocres sont progressivement éliminés du marché.

 

Impact environnemental

L’enjeu environnemental associé au choix d’un appareil performant est loin d’être négligeable. Les nouvelles réglementations sur les appareils de cuisine devraient permettre d’économiser 7,5 TWh d’électricité par an à partir de 2020, soit l’équivalent de la production énergétique de 2 grandes centrales à charbon ou l’équivalent des émissions de gaz à effet de serre produites par 1,5 millions de voitures.

 

Crédit image : Erik Emanuel Vieira Reis / 123RF

(01/07/2016)