Economies d'énergie : premières réglementations pour le chauffage

Les chaudières, chauffe-eau et pompes à chaleur ont désormais leur étiquette énergie et c'est une bonne nouvelle !

L'impact de ces nouvelles réglementations est majeur puisqu'il doit permettre d'économiser 56 millions de tonnes équivalents pétrole (tep) par an d’ici 2020 soit l’équivalent de la consommation annuelle de 11 millions de citoyens européens.

 

De nouvelles réglementations indispensables pour le climat

A compter du 26 septembre 2015, l'étiquette énergie devient obligatoire pour les chaudières, les pompes à chaleur et les chauffe-eau dans tous les États membres de l'Union européenne.

L'enjeu environnemental est de taille puisque ces systèmes de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire représentent environ un quart du total des émissions de CO2 en Europe.

Les nouvelles réglementations portant sur ces appareils doivent permettre, à elles seules, d'atteindre 15% des objectifs d'efficacité énergétique pour 2020 et la création de 238 000 emplois supplémentaires en Europe.

 

Avantage concurrentiel aux énergies renouvelables

L'efficacité de ces systèmes de chauffage est évaluée sur 10 niveaux, de la classe G à la classe A+++.

Seuls les systèmes incluant les énergies renouvelables, en particulier le solaire thermique, peuvent atteindre les meilleures classes d'efficacité, A+, A++ et même A+++.

Le choix des consommateurs se fait souvent sur les systèmes de chauffage les moins onéreux à l'achat. L'affichage des performances devrait faciliter et encourager un choix plus écologique qui représente aussi un investissement plus rationnel. D'après les estimations de l'Union européenne, le retour sur investissement pour les appareils les plus performants se ferait sur 3 ou 4 ans (selon les catégories d'appareils) quand leur durée de vie est d'au moins 15 ans !

 

Pas d'étiquette pour les radiateurs électriques

L'affichage des performances et les nouvelles exigences d'efficacité énergétique ne concernent pas le chauffage électrique alors même qu’il reste très répandu en France.

L'impact environnemental du chauffage électrique est tel qu'il vaut mieux dans tous les cas privilégier un autre système de chauffage.

 

Crédit image : Jakkapan / 123RF banque d'images

(01/10/2015)