NégaWatt : réussir la transition énergétique d'ici 2050

La France peut-elle assurer sa transition énergétique d'ici 2050 ? Oui, si elle fait les bons investissements.

L’Association négaWatt, composée d’experts et de praticiens de l’énergie, vient de publier une actualisation de son fameux scénario de transition énergétique.

Depuis la dernière version, datant de 2011, la consommation d’énergie de notre pays a connu plusieurs années de stabilisation.

Cette tendance n’est pas que conjoncturelle. Elle montre que nous sommes enfin sorti d’une ébriété énergétique qui persistait depuis des décennies.

Mais cette bonne nouvelle est insuffisante pour assurer le respect des engagements de Paris sur le changement climatique et des objectifs de la loi de transition énergétique votée en 2015. Il faut aller plus loin, et plus fort, nous disent les experts de négaWatt.

 

Passer à 100% d'énergies renouvelables d'ici 2050

Oui c’est possible !

L'ADEME, Agence nationale de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie, reconnaissait déjà dans son étude de prospective publié en 2015 que l'on pouvait alimenter le mix électrique Français en énergies 100% renouvelables.

Le nouveau scénario négaWatt soutient que la France peut couvrir la totalité de ses besoins énergétiques par des sources renouvelables à l'horizon 2050.

Et ce sans empêcher ni le confort, ni les déplacements, ni l’avènement d’une société de plus en plus connectée.

L’évaluation économique du scénario affirme même que cette voie ne coûterait pas plus cher sur le long-terme et créerait 500 000 emplois supplémentaires comparée à une prolongation de l’usage des énergies actuelles.

Elle aurait en outre de nombreux bénéfices : diminution drastique des émissions de gaz à effet de serre, suppression du risque nucléaire d’ici 2035, limitation des particules fines, réduction de la précarité énergétique

 

De nombreux bénéfices conditionnés à la volonté politique et citoyenne

La mise en œuvre de ce scénario nécessiterait toutefois des inflexions importantes dans certains domaines ainsi qu'un fort accompagnement des pouvoirs publics.

Tout d’abord, une plus grande sobriété dans nos usages de l’énergie : réduction des gaspillages, modération sur les équipements énergivores, urbanisme favorisant les alternatives à la voiture, régime alimentaire moins carné, etc.

Ensuite, une généralisation massive de la rénovation thermique des bâtiments, de véhicules plus économes, et d’équipements électroménagers très performants.

Enfin un soutien au développement d’un bouquet diversifié d’énergies renouvelables : solaire, éolien, biogaz, bois, etc.

 

Le 100% renouvelable prôné par négaWatt est audacieux mais pas excessif. Il y aurait moins d’éoliennes installées sur terre d’ici 2050 qu’actuellement en Allemagne. Et un module de calcul du scénario a permis de vérifier que la stabilité du réseau électrique pouvait être assurée heure par heure et en toute saison.

Une présentation détaillée du riche travail de l’association est disponible dans une synthèse publiée à l’occasion de la présentation de ce scénario 2017.


Extrait de la synthèse du scénario négaWatt 2017-2050 : les 12 points clés

1. Un constat majeur : la courbe de la consommation s’est inversée

La consommation d’énergie est orientée à la baisse depuis quelques années dans l’ensemble des pays de l’OCDE. Pour la France la courbe de consommation rejoint de fait celle tracée par le scénario négaWatt dès 2003.

2. La sobriété et l’efficacité sont les clés de l’inflexion de la demande

Grâce aux actions de sobriété et d’efficacité qui se traduisent par la suppression des gaspillages, la consommation d’énergie finale en 2050, au terme du scénario négaWatt 2017, est réduite de moitié et l’énergie primaire de 63 %, tout en maintenant un haut niveau de services.

3. Une confirmation : le “100% renouvelables” est possible dès 2050

Il est possible de couvrir la totalité des besoins énergétiques de la France par des sources renouvelables à l'horizon 2050. La biomasse solide reste la première source de production d’énergie renouvelable, suivi de très près par l’éolien puis le photovoltaïque, lui-même suivi de très près par le biogaz.

4. Zéro émissions nettes en 2050 : la France devient neutre en carbone

Le couplage des scénarios négaWatt et Afterres2050 montre que les émissions nettes de gaz à effet de serre, toutes sources confondues, deviennent nulles en 2050 : les « puits de carbone » agricoles et forestiers compensent alors les émissions résiduelles, principalement dues à l’agriculture.

5. Gaz et électricité, une complémentarité incontournable

Les vecteurs gaz et électricité voient leur part augmenter de manière concomitante, au détriment notamment des carburants liquides, pour représenter en 2050 plus de 70 % de la consommation d’énergie finale. La valorisation et le stockage possible des excédents d’électricité renouvelable sous forme de méthane de synthèse (power-to-gas) est l’une des clés de voûte du système énergétique de 2050.

6. L’agriculture et la forêt jouent un rôle majeur

L’agriculture et la forêt jouent un rôle majeur sur le climat, à la croisée des enjeux climatiques et énergétiques, par la fourniture de ressources renouvelables, le stockage de carbone et la réduction des gaz à effet de serre.

7. L’économie circulaire, moteur du renouveau industriel

Pour répondre à l’évolution des besoins, l’industrie doit réorienter ses productions vers des biens et équipements plus durables, loin de la surconsommation actuelle, et veiller au contenu de ses produits en énergie grise et en matériaux.

8. Des bénéfices multiples pour la santé et l’environnement

Le scénario négaWatt améliore très significativement la qualité de l’air, de l’eau et des sols ainsi que la biodiversité avec des conséquences positives majeures sur la santé publique.

9. La transition énergétique, un bienfait pour l’économie et l’emploi

Le scénario négaWatt s’avère globalement moins coûteux que le scénario tendanciel, même en considérant un prix des énergies importées stable. Il  est aussi nettement plus riche en emplois.

10. Une France plus solidaire et plus responsable

La mise en œuvre de la sobriété, de l’efficacité et du développement des énergies renouvelables apporte à tous les territoires, ruraux comme urbains, de l’activité et des richesses qui permettent de construire à terme un paysage énergétique réparti plus équitablement.

11. Il n’y a plus de temps à perdre

Il ne faut ni attendre de grand soir énergétique, ni se contenter de gadgets : la priorité pour les 5 ans à venir est à la mise en œuvre des lois et mesures décidées durant les deux quinquennats précédents, mais dont le rythme d’application est très insuffisant.

12. Le scénario négaWatt, une boussole et un tempo pour agir

Partout dans les territoires, des acteurs de toutes natures, citoyens, entrepreneurs, élus se sont déjà engagés concrètement pour construire un nouveau paysage énergétique. À ceux-là et à tous les autres qui, toujours plus nombreux, leur emboîtent le pas, le scénario négaWatt offre une trajectoire et un rythme pour guider l’action.

07/02/2017

Texte initial publié in ConsoGlobe le 30/01/2017